Vladimir Maïakovski vers 1920.

Focus sur la dernière lettre de Maïakovski, le poète de la Révolution

La Russie du XXe siècle : une époque de modernisme, de changements politiques, de talentueux artistes et d’histoires sentimentales qui ne cessent de nous émouvoir. C’est dans cette Russie en pleine effervescence que vécut Vladimir Vladimirovitch Maïakovski.

Maïakovski, poète de la Révolution

Cet homme aux talents multiples – il était poète, publiciste, dramaturge, artiste, acteur, réalisateur et scénariste pour le cinéma – est né en Géorgie dans une famille modeste. Dès l’âge de 13 ans, il s’installe à Moscou et rejoint, quelques années plus tard, le parti social-démocrate de Russie.

Il devient connu comme un poète futuriste et révolutionnaire tandis que ses affiches, articles et poèmes sont diffusés dans de nombreuses publications à travers le pays. Le 21 janvier 1930, lorsque son poème commémorant le sixième anniversaire de la mort de Lénine est lu sur la prestigieuse scène du Théâtre Bolchoï, le public – dans lequel figurait Staline (qui qualifiera l’auteur de poète de la Révolution) et d’éminents membres du Parti – ne cesse ses applaudissements qu’au bout de 20 minutes.

Aujourd’hui, le poète n’est certainement pas tombé dans l’oubli et reste l’une des figures majeures de la littérature russe.

Lettre à tous

Malgré sa célébrité, Maïakovski n’est pas un homme heureux. Ses dernières pièces satyriques, La Punaise et Les Bains publics se soldent par des échecs tandis que sa santé décline. De plus, il ne pouvait supporter que l’exposition organisée pour retracer 20 ans de travail n’ait pas attiré ses anciens collègues ni la direction du Parti. Côté sentimental, l’auteur ne cachait pas ses nombreuses relations mais une seule semble avoir conquis son cœur : Lili Brik.

Cette actrice, membre du mouvement d’avant-garde russe, est alors mariée avec l’écrivain Ossip Brik. Ils reçoivent dans leur appartement de Saint-Pétersbourg de nombreux artistes, représentants de cette nouvelle génération révolutionnaire. En 1915, la sœur de Lili – qui sera plus tard connue sous le nom d’Elsa Triolet – y introduit le poète. Le couple Brik est charmé ; autant par les poèmes que par l’homme lui-même.

Vladimir Maïakovski et Lili Brik en 1915.
Vladimir Maïakovski et Lili Brik en 1915.

Ils formeront un trio inattendu. Une anecdote célèbre décrit Lili enfermant le jeune Maiakovski dans la cuisine de l’appartement. Tandis que Lili avait une relation sexuelle avec son mari, le couple entendait le poète pleurer, solitaire.

Toute sa vie durant, il lui sera attaché, dévoué et l’aimera de tout son cœur. Mais cet amour était-il réciproque ?

Focus

Dernière lettre de Vladimir Maïakovski, 12 avril 1930, page 1. © Bibliothèque-musée Maïakovski, Moscou
Dernière lettre de Vladimir Maïakovski, 12 avril 1930, page 1. © Bibliothèque-musée Maïakovski, Moscou
Dernière lettre de Vladimir Maïakovski, 12 avril 1930, page 2. © Bibliothèque-musée Maïakovski, Moscou
Dernière lettre de Vladimir Maïakovski, 12 avril 1930, page 2. © Bibliothèque-musée Maïakovski, Moscou
Dernière lettre de Vladimir Maïakovski, 12 avril 1930, page 3. © Bibliothèque-musée Maïakovski, Moscou
Dernière lettre de Vladimir Maïakovski, 12 avril 1930, page 3. © Bibliothèque-musée Maïakovski, Moscou

La dernière lettre de Vladimir Maïakovski

3 pages, en russe
 
À TOUS.
N’accusez personne de ce que je meurs. Et pas de cancas, s’il vuos plaît. Le défunt avait ça en horreur…
Maman, mes sœurs, camarades, pardonnez-moi : ceci n’est pas un moyen (je ne le conseille à personne), mais moi je n’ai pas d’issues.
Lili, aime-moi.
Camarade Gouvernement, ma famille, ce sont : Lili Brik, maman, mes sœurs et Veronica Vittoldovna et Pollonskaia.
Si tu leur rends la vie possible, merci.
Les poèmes commencés, donnez-les aux Brik. Ils s’y retrouveront.
Comme on dit
« L’incident est clos. »

Le canot de l’amour
s’est brisé contre la vie courante,
Je suis quitte avec la vie.
Inutile de passer en revue
Les douleurs,
Les malheurs
et les torts réciproques
Soyez heureux !

Vladimir Maïakovski

Camarades Vappovtsi,
Ne m’appelez pas lâche.
C’est sérieux, il n’y a rien à faire.
Salut.
Dites à Ermilov que c’est dommage d’avoir abandonné le mot d’ordre, il fallait vaincre.

V. M.

Dans ma table, il y a deux mille roubles, payez l’impôt avec. Le surplus, vous le recevrez du G.I.Z.

V. M.

 

12 avril 1930

 

Après la mort de son mari, Lili annonce : « Lorsque Maïakovski s’est tué – le grand poète est mort. Et quand Ossip Brik est mort – je suis morte. »

Toujours d’après l’actrice, Vladimir répétait qu’il avait peur de vieillir et dévoilait une certaine tendance suicidaire. Selon lui, 35 ans, c’était déjà la vieillesse.

Les funérailles de Vladimir Maïakovski.
Les funérailles de Vladimir Maïakovski.

Les raisons qui ont poussé l’auteur à mettre fin à ses jours sont encore discutées. Serait-ce la peur, la fatigue, les problèmes financiers ou une raison politique, comme le pensait Léon Trotski ?

Le poète de la Révolution a décidé d’arrêter son étonnante carrière. Le 14 avril à 10h17, il se tire une balle dans le cœur. Il avait 36 ans.


A. Duginova
A. Duginova
Publié le
Actualités Focus Lettres