La conservatrice de l'Autorité des antiquités d'Israël, Tanya Bitler, montre des fragments de manuscrits de la mer Morte récemment découverts au laboratoire de conservation des manuscrits de la mer Morte à Jérusalem. © Sebastian Scheiner.

Grotte de l’horreur – les nouveaux fragments des manuscrits de la mer Morte font écho à des histoires humaines dramatiques

Récemment, l’Autorité des antiquités d’Israël a annoncé la découverte de nouveaux fragments d’un rouleau vieux de près de 2 000 ans en Israël. Ces fragments proviendraient de la Grotte de l’horreur – au nom évocateur -, près de la rive ouest de la mer Morte.

Les nouvelles annonçaient, avec des titres accrocheurs, qu’il s’agissait de nouveaux fragments des célèbres manuscrits de la mer Morte et de certaines des plus anciennes traces des livres bibliques de Zacharie et Nahum. Mais, plus que de simples vestiges de textes anciens, la découverte reflète l’histoire troublée des manuscrits de la mer Morte et raconte des histoires humaines de révolution ainsi qu’une recherche désespérée de sécurité et d’ingéniosité archéologique.

« Le peuple du rouleau »

Les informations sur ces découvertes continuent d’être publiées mais, fait exceptionnel pour d’anciennes découvertes de ce type, nous avons des détails sur les personnes qui ont caché ce rouleau.

La « Grotte de l’horreur » fait partie d’une série de huit grottes dans le canyon de Naḥal Ḥever, qui ont été utilisées comme lieux de refuge lors de la révolte juive contre Rome (132-135) à l’époque de l’empereur Hadrien. La révolte a été menée par Shimon bar Kokhba (ou Simon bar Kosebah, comme il est également connu dans les sources anciennes), qui était considéré par ses disciples comme le Messie.

La grotte est connue des archéologues depuis 1953, mais ce n’est qu’en 1961 qu’elle a été fouillée par une équipe dirigée par l’archéologue israélien Yohanan Aharoni. Les nouveaux fragments ont été trouvés dans le cadre d’un projet plus vaste de recherche de nouveaux manuscrits, mené par l’Autorité des antiquités d’Israël (AAI).

Grottes et falaises près de la mer Morte.
Grottes et falaises près de la mer Morte. © Dave Herring.

La grotte est isolée et difficile d’accès, c’est sans doute pourquoi elle servait de cachette. Aharoni la décrit comme étant située à 80 mètres sous le bord du canyon avec une chute de plusieurs centaines de mètres en dessous. L’équipe qui a exploré la grotte pour la première fois en 1955 a dû utiliser une échelle de corde de 100 mètres de long pour atteindre l’ouverture.

Le surnom de Grotte de l’horreur1 a été donné à la grotte en raison d’un grand nombre de squelettes, y compris des squelettes d’enfants, qui ont été trouvés à l’intérieur. Avec les squelettes se trouvaient des documents personnels, une copie fragmentaire d’une prière écrite en hébreu et le rouleau auquel ces fragments appartiennent, caché au fond de la grotte.

De plus, les vestiges d’un camp romain au sommet de la falaise suggèrent que les réfugiés qui s’y abritaient sont morts à la suite d’un siège romain. Les occupants étaient déterminés à ne pas se rendre. Il n’y avait aucun signe de blessures sur les squelettes, ce qui suggère que les réfugiés sont morts de faim et de soif, ou peut-être de l’inhalation de fumée d’un incendie au centre de la grotte.

Ils ont enterré leurs biens les plus précieux, y compris le rouleau d’où proviennent ces fragments, dans le but de les protéger.

Les archéologues israéliens ont annoncé mardi la découverte de dizaines de nouveaux fragments de manuscrits de la mer Morte portant un texte biblique trouvés dans une grotte du désert et que l'on croyait cachés lors d'une révolte juive contre Rome il y a près de 1900 ans.
Les archéologues israéliens ont annoncé mardi la découverte de dizaines de nouveaux fragments de manuscrits de la mer Morte portant un texte biblique trouvés dans une grotte du désert et que l’on croyait cachés lors d’une révolte juive contre Rome il y a près de 1900 ans. © Sebastian Scheiner.

Nos plus anciens textes bibliques

Les photographies et les rapports publiés par l’AAI indiquent que les fragments contiennent le plus ancien manuscrit de Zacharie 8:16–17 et l’un des premiers de Nahum 1:5–6. Ces fragments semblent être des morceaux manquants d’un parchemin déjà connu des savants – le rouleau des petits prophètes grecs de Naḥal Ḥever, ou 8ḤevXIIgr pour lui donner sa désignation officielle.

Comme son nom l’indique, le rouleau est une copie de la traduction grecque des petits prophètes bibliques, contenant des parties des livres de Jonas, Michée, Nahum, Habacuc, Sophonie et Zacharie. Les « petits prophètes » ou « les douze » décrivent habituellement les livres allant d’Osée à Malachie dans la Bible hébraïque et dans l’Ancien Testament chrétien.

Entre autres choses, les prophètes mineurs incluent également l’histoire de Jonas avalé par un « grand poisson ».

Des étudiants de l'Institut d'archéologie de l'Université hébraïque de Jérusalem, filtrant des dépôts provenant d'une grotte sur les falaises à l'ouest de Qumrân, près de la rive nord-ouest de la mer Morte, en Israël, en 2017.
Des étudiants de l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem, filtrant des dépôts provenant d’une grotte sur les falaises à l’ouest de Qumrân, près de la rive nord-ouest de la mer Morte, en Israël, en 2017. © Casey L. Olson & Oren Gutfeld.

Ne pas prononcer Son nom

Les anciens écrits hébraïques ont d’abord été traduits en grec au profit des juifs de langue grecque qui avaient commencé à perdre le contact avec leurs racines hébraïques. Des sources anciennes, telles que la lettre d’Aristée, indiquent que le travail de traduction des Écritures en grec a probablement commencé en Égypte, environ 200 ans avant Jésus-Christ.

Une caractéristique fascinante du rouleau des petits prophètes grecs est le fait que le nom de Dieu soit écrit en hébreu et non en grec. Cette pratique2 remonte à l’interdiction dans Exode 20:7 de « prendre le nom de Dieu en vain ».

Les manuscrits de la mer Morte attestent de plusieurs pratiques pour éviter de prononcer accidentellement le nom divin en lisant à haute voix. Celles-ci incluent la substitution de points à la place des lettres et l’utilisation d’une forme archaïque de l’alphabet hébreu. Cette coutume est à la base de la pratique moderne d’écrire Seigneur en majuscules dans les éditions modernes de la Bible.

Une photo des manuscrits de la mer Morte découverts dans les années 1940, avant qu'ils ne soient déroulés.
Une photo des manuscrits de la mer Morte découverts dans les années 1940, avant qu’ils ne soient déroulés. © Abraham Meir Habermann.

Contre les pilleurs

Peu de temps après la découverte des premiers manuscrits de la mer Morte en 1947, il est devenu évident que ces rares manuscrits anciens avaient une valeur financière. Cela a conduit à une véritable course entre les archéologues et les Bédouins locaux pour découvrir plus de fragments de parchemins. Par conséquent, il peut être difficile de vérifier la provenance archéologique de nombreux fragments de manuscrits de la mer Morte.

Plus récemment, de faux rouleaux ont trouvé leur place dans au moins une collection de musée moderne. C’est la raison pour laquelle une nouvelle découverte de manuscrit avec une provenance archéologique sûre, comme celle récemment annoncée, est extrêmement importante.

Le plus excitant est probablement que ces nouveaux fragments laissent entrevoir la possibilité de découvrir plus de parchemins sur ce site archéologique.

En savoir plus…

Gareth Wearne
Le Dr Gareth Wearne est historien et chercheur biblique à l’École de théologie de l’Université catholique australienne. En 2018, il a reçu la bourse Dirk Smilde pour mener des recherches à l’Institut Qumran de l’Université de Groningen. L’année suivante, Gareth a été nommé l’un des 5 meilleurs chercheurs en début de carrière de l’ABC en sciences humaines. Les intérêts de recherche du Dr Wearne comprennent l’étude des anciennes inscriptions hébraïques et l’histoire sociale du judaïsme primitif et des manuscrits de la mer Morte.

Notes
  • Voir Yohan Aharoni, Expedition B — The Cave of Horror, Israel Exploration Journal, vol. 12, no. 3/4, 1962, pp. 186–199.
  • Voir A. Tim Span, The Divine Name in the New Testament: Tetragrammaton or Surrogate?.
Liens

Gareth Wearne
Gareth Wearne
Publié le
Actualités Manuscrits