En fond, La Dame à l'hermine de Léonard de Vinci, Musée Czartoryski, musée national de Cracovie (MNK XII-209). Dessin : Tête d'ours par Léonard de Vinci. © Christie's, 2021.

Un dessin de Léonard de Vinci bientôt en vente pourrait atteindre les 14 millions d’euros

Le 8 juillet, une tête d’ours dessinée par Léonard de Vinci sera proposée à la vente chez Christie’s à Londres en tant que lot phare d’une vente exceptionnelle.

Cette étude d’une tête d’ours est exécutée à la pointe d’argent sur un papier préparé beige, une technique enseignée par le maître de Léonard, Andrea del Verrocchio. Fait exceptionnel, il s’agit de l’un des 8 dessins de Léonard de Vinci dans des collections privées en dehors de la collection royale britannique et des collections du Devonshire à Chatsworth House.

Un deuxième passage chez Christie’s…

L’histoire de ce petit dessin – il ne mesure que 7 centimètres de côté – remonte à Sir Thomas Lawrence, connu pour être l’un des portraitistes les plus importants de la Régence et dont la collection de dessins de maîtres anciens est considérée comme l’une des plus grandes jamais réunies. Après sa mort en 1830, le dessin passa au marchand d’art Samuel Woodburn – qui était aussi son principal créancier. En 1860, Woodburn le vend chez Christie’s pour la modique somme de 2 livres et 50 pence ; ce qui correspondrait à un peu moins de 220 euros actuels1.

Léonard de Vinci, Tête d’ours, vers 1480. © Christie’s.

Au cours des décennies suivantes, l’on sait que le dessin faisait partie de la collection d’un autre grand collectionneur britannique, le capitaine Norman Robert Colville, qui possédait également la célèbre Tête de muse de Raphaël, dessin vendu chez Christie’s en 2009 pour plus de 29 millions de livres.

Depuis sa première exposition publique en 1937, cette tête d’ours a été présentée dans de nombreuses expositions : au National Gallery fin 2011, au Louvre Abu Dhabi, au Musée des Beaux-Arts Pouchkine de Moscou ainsi qu’au Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Chez Christie’s New York, Ben Hall commente : « Je suis ravi que ce chef-d’œuvre, l’une des œuvres les plus importantes de la Renaissance encore en mains privées, ait été à nouveau confié à Christie’s après sa première vente en 1860. L’œuvre a été la propriété de certains des collectionneurs les plus distingués dans le domaine des maîtres anciens à travers de nombreux siècles, notamment le propriétaire actuel qui en est propriétaire depuis 2008. Elle a été admirée dans le monde entier tout en étant exposée par des musées prestigieux et Christie’s est honorée de présenter ce Léonard de Vinci sur le marché cette saison. »

Une vente exceptionnelle

Cette étude est aujourd’hui reliée à trois petits dessins similaires représentant des animaux : une étude de deux chats et d’un chien (conservée au British Museum), des études sur les pattes d’un chien (Galerie nationale d’Écosse) ainsi qu’une autre feuille représentant un ours marchant dans la collection Lehman du Metropolitan Museum. Alors que toutes ces études peuvent être datées de la première moitié des années 1480, les experts précisent que le visage de l’ours peut être rapproché de l’hermine du portrait de Cecilia Gallerani, plus connu comme La Dame à l’hermine, aujourd’hui au musée de Cracovie.

Léonard de Vinci, La Dame à l’hermine, vers 1490, Musée Czartoryski, musée national de Cracovie (MNK XII-209).

Avant sa vente prévue à Londres, notre dessin fera quelques détours avec une exposition à New York et Hong Kong dans les salles de Christie’s. Il se rendra ensuite à Londres où il sera présenté avant la vente exceptionnelle où il devrait se vendre entre 8 et 12 millions de livres.

Stijn Alsteens, à la tête du département chez Christie’s Paris ne cache pas son enthousiasme : « J’ai toutes les raisons de croire que nous atteindrons un nouveau record en juillet pour la Tête d’ours, l’un des derniers dessins de Léonard que l’on peut espérer trouver sur le marché. »

Notes
  • D'après le convertisseur mis en place par Eric Nye du département d'anglais de l'université du Wyoming, Pounds Sterling to Dollars: Historical Conversion of Currency.
Liens

J. M. Sultan
J. M. Sultan
Publié le
Actualités Dessins Ventes