Fond : Claude Debussy debout chez Pierre Louÿs, Bibliothèque nationale de France, RES-VM EST-3 (11) / Lettre : Pierre Louys à Claude Debussy, mai 1901, Bibliothèque nationale de France, département Musique, NLA-45 (53) / Portrait : Pierre Louÿs vers 1890.

Focus sur une lettre macabre de Pierre Louÿs à Claude Debussy

Le jour d’Halloween est le moment parfait pour revenir sur une lettre de Pierre Louÿs à Claude Debussy qui nous offre un contenu quelque peu macabre…

 

Entourage

Depuis ses débuts, Pierre Louÿs a su s’entourer d’artistes et de littérateurs de talent.

Il est reçu aux rencontres littéraires chez Mallarmé puis chez José-Maria de Hérédia. Au lycée Louis-le-Grand, il a pour camarade André Gide, dont il préface le premier ouvrage, Les Cahiers d’André Walter. Il fonde aussi une revue littéraire, la Conque, avec ses proches : Hérédia, Leconte de Lisle, Léon Blum, Gide, Verlaine (qu’il visitera à l’hôpital alors que celui-ci se sent abandonné) et Paul Valéry – qu’il fera d’ailleurs connaître.

En 1893, il se rend avec son ami Claude Debussy à Gand afin de rendre visite à Maurice Maeterlinck. La raison ? Le compositeur à besoin de son autorisation pour adapter sa pièce Pelléas et Mélisande en opéra. Il faudra toutefois attendre le 30 avril 1902 pour assister à la première représentation qui se déroulera à l’Opéra-Comique.

Malheureusement, cette amitié s’arrêtera brusquement lorsque Louÿs, proche du couple Debussy, apprend que ce dernier trompe sa femme Lily avec la cantatrice Emma Bardac. Quelques jours plus tard, Lily tentera, sans succès, de se suicider. Certains amis – Pierre Louÿs et Paul Valéry parmi les plus virulents – ne lui pardonneront pas cette infidélité.

Pélléas et Mélisande

Mais revenons seulement un an en arrière, le 5 mai 1901. Connaissant le caractère susceptible de son ami, Debussy écrit à Louÿs pour l’avertir d’une excellente nouvelle : le directeur de l’Opéra-Comique, Albert Carré, lui promet que Pélléas et Mélisande sera joué la saison prochaine.

Lettre de Claude Debussy à Pierre Louÿs, Paris, 5 mai 1901. Bibliothèque nationale de France, département Musique, NLA-44 (80)

Comme tu es tout de même… mon vieux Pierre ! Je ne veux pas que tu apprennes par un étranger que : j’ai la promesse écrite de M. A. Carré qu’il jouera Pélléas et Mélisande la saison prochaine.

Et tout ça n’est pas une raison pour que tu n’as pas daigné m’avertir de ton retour ?

Ton
Claude Debussy

 

Pierre Louÿs, toujours plein d’inspiration pour mystifier ses proches, décide de répondre à Debussy d’une manière un peu particulière :

Lettre de Pierre Louÿs à Claude Debussy, Paris, mai 1901, page 1. Bibliothèque nationale de France, département Musique, NLA-45 (53)
Lettre de Pierre Louÿs à Claude Debussy, Paris, mai 1901, page 2. Bibliothèque nationale de France, département Musique, NLA-45 (53)
Lettre de Pierre Louÿs à Claude Debussy, Paris, mai 1901, page 3. Bibliothèque nationale de France, département Musique, NLA-45 (53)

Vieux Claude

C’est gentil à toi de m’envoyer tout de suite une vraie bonne nouvelle. Bravo si on te joue ; bravo pour ceux qui se décident enfin à nous donner de la musique.

Tu peux compter que je ne serai pas dans les grandes Indes l’hiver où on jouera Pelléas.

Tu me dis que je ne t’ai pas annoncé que j’étais revenu. Pas si revenu que cela, puisqu’hier quand ta lettre est arrivée ici j’étais dans les faubourgs de Châlons s/ Marne, en train de violer des sépultures et de mensurer des fémurs gaulois. On s’amuse comme on peut, que veux-tu. Et sais-tu avec qui je profanais des tombes ? Avec Tapier, Tapier « soi-même ». – Je parie que si on t’avait prié de deviner ce que je faisais hier à 3h de l’après-midi, tu n’aurais pas inventé ça. Vois-tu comme tu me connais mal.

A bientôt, dis, si tu ne me trouves pas trop macabre.

P.
[tête de mort dessinée]

 

Ces farces, nombreuses dans la correspondance de Pierre Louÿs, provoquaient l’hilarité – ou la lassitude si l’on pense à André Gide – de leurs destinataires. Mais l’on peut aussi se demander, était-ce vraiment une farce ?


J. M. Sultan
J. M. Sultan
Publié le
Actualités Focus Lettres